Général

On a enfin découvert la pilule de jeunesse !

Lors du congrès mondial de l’obésité qui se tient tous les trois ans, cette année à Kuala Lumpur, les scientifiques du monde entier échangent leurs découvertes et projets de recherche. En ce qui nous concerne ce sont surtout les stratégies de prévention de l’obésité que nous avons mis en avant lors de deux conférences plénières et des communications affichées.

Lutter contre la sédentarité est un des éléments clés de ces stratégies de prévention mais peut se révéler fondamental pour éviter toute une série de maladies qui nous guettent et rester plus longtemps plus jeune en meilleure santé.
Le Professeur Steve Blair a reçu un prix de la communauté internationale pour ses travaux sur le sujet. Pour lui on pourrait éviter 5,3 millions de décès chaque année dans le monde en luttant contre l’inactivité. Plus de 60% des adultes ont une activité physique insuffisante. Les inactifs ont à poids égal 4 fois plus de risque d’être atteint d’une maladie cardio-vasculaire et 3 fois plus de mortalité globale. Les personnes actives ont 30 à 40 % de risque cancer du sein ou du colon en moins, 70% moins d’hypertension artérielle, deux fois moins de dépression. Ceci se retrouve à tous les âges avec pour les personnes de plus de 60 ans, moins de gêne fonctionnelle et dépendance et un risque de démence diminué de 60%. Une personne diabétique active n’a pas plus de risque de mourir de maladie cardiovasculaire qu’une personne non diabétique inactive.

kualalumpurLa lutte contre la sédentarité est cette pilule miracle, source de jeunesse, dont la formule est relativement simple: 30 minutes d’activité physique modérée à intense par jour ou environ 10 000 pas par jour. Pour connaitre votre niveau d’activité, portez quelques jours un podomètre que vous pouvez acheter dans n’importe quel magasin de sport pour quelques euros et pour vous motiver équipez vous d’un bracelet connecté que l’on trouve maintenant facilement pour un cout limité. Il vous donnera le nombre de pas que vous parcourez chaque jour, l’intensité de votre activité, les calories brulées, et vous permettra une comparaison avec les groupes de votre âge et encore plus de fonctions…

 

Thyroïde : allons nous manquer de médicaments ?

Les patients atteints de maladie de la glande thyroïde sont soumis à un stress important pour se procurer leur médicament quotidiennement indispensable.

Cet été c’est le LEVOTHYROX, traitement star de l’hypothyroïdie mais aussi de certains nodules ou cancers qui a manqué quelques semaines pour certains dosages. Il n’y a pas eu de conséquences car on coupant en deux ou quatre certains comprimés on arrivait à trouver le bon dosage, mais ce ne fut pas toujours simple. Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre.

Par contre nous manquons d’un autre médicament le NEOMERCAZOLE qui traite les hyperthyroïdies. Ceci se traduit par un emballement de la glande thyroïde avec une fatigue extrême, un amaigrissement, une nervosité et un risque cardiaque important.

Il semblerait qu’il y ait un problème d’approvisionnement en matières premières. Les conséquences en furent dans un premier temps un désagrément pour courir d’une pharmacie à une autre afin de tenter de trouver une boite dans un fond de tiroir. L’étape suivante fut de constater le manque et la quasi impossibilité de trouver le médicament. Il a donc fallu changer de traitement ce qui est loin d’être simple car le traitement de l’hyperthyroïdie et de ses conséquences est un équilibre subtil difficile à trouver. Le changer induit une nouvelle période d’instabilité.

Le traitement alternatif, peu prescrit habituellement a vu un afflux de prescriptions face auxquelles les chaines de production ont du mal à faire face. Certaines pharmacies en manquent déjà et on s’attend à un effet domino. Il faut trouver rapidement une solution car il ne reste plus qu’une molécule de maniement complexe.

Pourquoi cette situation ? En fait, plusieurs explications techniques ou politiques ou les deux. Les fabriquants on concentré leurs sites de production sur un ou deux sites dans le monde, essentiellement en Asie et dès qu’il y a un grain de sable soit en approvisionnement en matières premières soit technique, tout se grippe avec une réaction en chaine. L’autre fait est que la mondialisation s’amplifiant aussi dans ce domaine, la loi de l’offre et la demande peut pousser les industriels à privilégier les marchés les plus solvables et rémunérateurs, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui pour la France. Par exemple le prix du LEVOTHYROX est très bas en France, 4 centimes par jour soit 30 fois moins qu’un traitement quotidien contre le cholestérol.  Il est donc tentant pour l’industriel de servir en priorité les clients meilleurs payeurs et la demande est très forte, en particulier en Chine.

Tout ceci est loin d’être un cas isolé ou spécifique à la thyroïde. Pour la Présidente du conseil de l’ordre des pharmaciens, en septembre 2013,  539 médicaments ont été manquants pour diverses raisons. Le phénomène s’emballe, les ruptures d’approvisionnement ayant été multipliées par 8 entre 2008 et 2013. Un débat devrait s’engager sur notre sécurité sanitaire en terme d’accessibilité et d’indépendance, car ce peut être une arme redoutable.

D’ici là bon courage pour le parcours du combattant que doivent subir les patients atteints d’hyperthyroïdie !

conf roumanie bis

La cuisine est l’avenir de la santé

J’ai eu la chance de participer en tant que conférencier au World Cuisine Summit, manifestation organisée lors du plus grand salon mondial de la cuisine le SIRRHA qui a réuni à Lyon 180 000 professionnels. Au milieu d’une salle de congrès digne d’un ciel d’été à la montagne tant les étoilés du guide Michelin étaient nombreux, nous avons partagé et dialogué sur l’avenir de l’alimentation et la restauration. Les organisateurs m’avaient sollicité pour évoquer les liens entre cuisine et santé.

Une enquête menée dans 7 pays a lancé les débats. Il en ressort que la combinaison entre développement durable, santé et expérience sensorielle est au coeur des tendances de l’industrie mondiale de l’alimentation . « Les consommateurs sont de plus en plus conscients et attentifs à ce qu’ils mangent et ont besoin d’être rassurés sur la naturalité et la traçabilité des produits. Ce phénomène est encore plus prégnant en Chine et au Japon, où la sécurité alimentaire est une préoccupation constante. Parallèlement, la crainte de l’obésité et le déséquilibre nutritionnel conduisent l’ensemble des professionnels de la restauration à rechercher des solutions pour proposer des menus de plus en plus sains et équilibrés, en particulier en restauration rapide et restauration quotidienne. Cependant, au delà de la santé et de la naturalité, les consommateurs veulent de la nouveauté et de la sensorialité. Les restaurants doivent permettre de vivre une expérience globale : unique, intense et sans cesse renouvelée. La santé est une valeur clé pour l’évolution de la restauration, particulièrement en Europe du Nord, en Asie et au Brésil. L’Europe du Sud priorise davantage la sensorialité et la convivialité et particulièrement la France, qui est très en retrait sur la santé. Les experts américains valorisent le divertissement. Pour tous les experts interrogés, la santé est une préoccupation de fond : cette santé va se traduire fondamentalement à travers des produits plus naturels et mieux contrôlés : traçabilité, bio, locavorisme, utilisation de produits frais, modes de cuissons plus sains, optimisation des modes de conservation et strict respect des règles de sécurité et d’hygiène. »

Tout ces exposés savants ont été ponctués par des démonstrations culinaires des plus grands chefs, Alain Ducasse en tête pour nous prouver que faire de la grande cuisine, ce pouvait être assez simple lorsque l’on dispose de bons produits.

Cette manifestation s’est conclue par un hommage des chefs du monde entier à leur Maître incontesté Paul Bocuse. Tous ses collègues et amis étaient là pour le fêter dignement sous la houlette d’Alain Ducasse grand coordinateur. L’ambiance était teintée de respect profond et sincère pour « Monsieur Paul » et d’un sentiment de vivre un moment unique. Plus que tout discours la table réunissant Bocuse, Troisgros et Guérard partageant champagne et souvenirs autour des petits jeunes (Ducasse, Robuchon, Pic, Lorrain et tant d’autres) reste un moment d’anthologie. La médecine mène à tout…

chefs

Prendre rendez-vous
en ligne

CENTRE BATIGNOLLES-VILLIERS

Docteur Jean-Michel Borys
98 boulevard des Batignolles
75017 Paris

Tél. : 01 44 69 32 75

Horaires d'ouverture du secrétariat :
Lundi à vendredi
08h30-19h30

Accès : métro Villiers,
Lignes 2 & 3, Bus 30
Parking à proximité
Av. de Villiers

(En cas d'urgence médicale, composez le 15.)

PLAN D’ACCÈS

Click to open a larger map

JMB SUR TWITTER