Uncategorized

Ces pathologies qui font grossir, et si c’était la thyroide? Chronique pour le magazine de la santé, France 5

Parfois le poids augmente sans raison évidente, pas de modification de son alimentation ou son activité physique, faut il alors penser à une maladie qui causerait cette prise de poids inexpliquée?

On ne peut résumer la régulation du poids à un équilibre entre entrées et sorties de calories, autrement dit entre ce que l’on mange et ce que l’on dépense à travers l’activité physique. De nombreux autres facteurs sont en cause dont par exemple la régulation du métabolisme de l’eau. Si le coeur a du mal à fonctionner, on parle d’insuffisance cardiaque, l’eau s’accumule dans le corps et le poids monte rapidement avec la présence d’oedèmes des jambes. Dans l’insuffisance rénale on observe également des gonflements de jambes, des paupières et dans l’insuffisance hépatique c’est au niveau du ventre que se manifeste la prise de poids parfois très importante. Toutes ces maladies entrainent une prise de poids par rétention d’eau.

Existe t’il des prises de poids inexpliquées liées à une maladie hormonale, quand faut il aller voir un endocrinologue?

La maladie hormonale la plus fréquente souvent découverte à l’occasion d’une prise de poids inexpliquée est l’hypothyroidie. La thyroide est une glande située dans le cou qui produit les hormones thyroidiennes qui régulent le métabolisme du corps. Elles se diffusent dans tout l’organisme et ont un impact sur le poids, le coeur, la peau, le transit, le moral, la fatigue… Le manque de ces hormones que l’on appelle l’hypothyroidie est très fréquent et concernerait environ 7% des femmes.

Si je suis un homme, je ne dois donc pas m’inquiéter?

C’est effectivement une maladie qui concerne dans 90% des cas les femmes mais dans 10% des cas les hommes peuvent aussi grossir en raison d’un mauvais fonctionnement de leur glande thyroide. Un autre point très important est qu’il s’agit d’une maladie le plus souvent d’origine familiale, lorsque le diagnostic est posé chez une femme il n’est pas rare que sa soeur, sa mère ou sa tante soient aussi atteintes parfois sans le savoir.

Quels sont les signes qui doivent évoquer une hypothryroidie?

Ce sont des signes finalement assez communs qui font parfois trainer le diagnostic. Très progressivement une fatigue importante apparait, fatigue physique, psychique, sexuelle, accompagnée d’une prise de poids et plus encore de sensation de gonflement. On se sent serré de l’intérieur, les paupières lourdes, effacées, les jambes , les doigts et même la langue sont gonflés. Si ce n’était pas déjà le cas on se met à ronfler. Le transit intestinal se ralentit avec parfois une constipation sévère, la peau est moins belle, plus sèche, les cheveux tardent à pousser voir tombent, le coeur se ralentit… En fait on a un ralentissement général et le poids monte. Les animaux qui hibernent se mettent en hypothyroidie pour ralentir leur métabolisme.

Comment confirmer le diagnostic?

Si l’on a ces signes cliniques et encore plus si l’on est une femme qui a des antécédents familiaux de problème thyroidiens chez sa grand mère, mère ou soeur, il faut en parler à son médecin qui demandera s’il le juge utile une simple prise de sang qui fera le diagnostic et en déterminera la cause

Comment traiter l’hypothyroidie et est ce que finalement le poids diminue avec le traitement?

Une fois le diagnostic posé, le traitement est assez simple. On apporte les hormones manquantes sous forme de médicament (la thyroxine) . C’est un traitement substitutif qu’il faut adapter progressivement et le plus souvent à vie. Les effets sur le poids sont progressifs, il faut plusieurs mois pour reperdre du poids mais j’ai en mémoire une dame vue pour une prise de poids inexpliquée depuis plusieurs années, qui a perdu 20kg dans l’année qui a suivi la mise sous traitement thyroidien.

Peut on résumer les maladies hormonales qui font grossir à la thyroide?

Il existe d’autres maladies hormonales, en particulier toutes celles qui concernent les femmes, de l’adolescence à la ménopause. Une maladie que l’on appelle syndrome des ovaires polykystiques se traduit par une prise de poids le plus souvent localisée au niveau du ventre, des règles irrégulières, une infertilité et une pilosité accrue.

Si l’on excepte ces pathologies strictement féminines, une autre maladie hormonale très rare peut être à l’origine d’une prise inexpliquée de poids, c’est la maladie de Cushing. Le plus souvent c’est un petit kyste sur les glandes surrénales qui produit en excès le cortisol, hormone du stress. Cette surproduction de cortisol, entraine une prise de poids avec un gros ventre, apparition de dépots de graisse en particulier au niveau de la nuque, mais aussi une fonte musculaire et l’existence de vergetures rouges sur le ventre. C’est une maladie qui nécessite un bilan endocrinologique spécialisé et parfois une intervention chirurgicale. C’est un peu par le même mécanisme qu’un stress chronique peut entrainer une prise de poids significative sans qu’il y ait de maladie ou qu’un trouble du sommeil peut lui aussi être associé à des kilos excedentaires. Enfin, l’andropause favorise la prise de poids abdominale, la bedaine, chez les hommes sédentaires

Quels sont les conseils alimentaires à donner à une personne qui souffre de maladie hormonale et souhaite perdre du poids?

Un point commun à quasi toutes ces maladies, qu’il s’agisse de l’insuffisance cardiaque ou l’hypothyroidie, est la rétention d’eau. On va donc conseiller à coté des traitements spécifiques de limiter le sel qui aggrave cette rétention et c’est parfois très spectaculaire. Cette limitation peut dans certaines situations permettre de dégonfler de pjmblusieurs kilo en quelques jours. Les apports principaux de sel ne proviennent pas du sel ajouté à table mais de celui contenu dans les aliments comme le bouillon cube, le pain ou les fromages. Pour limiter le sel sans que celà soit fade, il est possible d’utiliser largement les épices et introduire des aliments à gout un peu plus fort (topinambour ou salsifis dans une purée, ail…). La consommation d’aliments qui drainent tels asperge , artichauts , ceux qui contiennent de grandes quantités d’anti oxydants, (tous les colorés), groseilles, beterave, les aliments riches en fibres (les légumes de manière générale) v
ont aider à se désinfiltrer et perdre ce poids. A l’inverse on limite les salaisons, conserves, plats préparés, biscuits, fromages…

 

Compléments alimentaires, thyroide et grossesse

Les compléments alimentaires ont envahi pharmacies et média et tentent de nous prouver que nous sommes tous carencés et devons sous une forme ou une autre nous supplémenter. C’est encore plus vrai chez la femme souhaitant une grossesse ou enceinte.

L’alimentation de la mère pendant la grossesse a un impact direct sur la bonne santé du bébé et son devenir métabolique pendant une bonne partie de sa vie à venir. Il est donc parfaitement légitime d’y prêter la plus grande attention, avec deux objectifs, ne pas nuire et donner toutes ses chances à un développement harmonieux du bébé. Ne pas nuire implique d’éviter tous les toxiques, au premier rang desquels drogue, tabac et alcool. Cela concerne aussi la respiration des solvants présents par exemple dans les colles ou les peintures lorsque l’on prépare la chambre du futur bébé. Autre risque évitable, les toxi-infections alimentaires liées à des germes qui en « temps normal » n’auront pas de grosse incidence mais au moment de la grossesse peuvent se révéler terriblement dangereux pour le bébé, c’est le cas des salmonelloses par exemple. C’est pourquoi il est recommandé aux femmes enceintes d’éviter les produits animaux crus, viandes (tartares), oeufs (mayonnaises), fromages au lait cru et de prolonger le temps de cuisson des viandes ou poissons. Autre précaution, en particulier chez les femmes non protégées contre la toxoplasmose, bien laver systématiquement fruits et légumes crus. Toujours dans le registre de la protection, les poissons sont réputés contenir des graisses omega trois favorables au développement du cerveau du bébé. C’est vrai mais évitez les gros poissons (thon, espadon,…) car c’est aussi dans ces graisses que se concentrent les polluants les plus dangereux. Demandez à votre poissonnier des petits poissons (daurades, bars, sardines, anchois…) qui apporteront le plein d’omega 3 avec moins de risque d’être accompagné de mercure.
Comment faire ensuite pour optimiser l’alimentation, et faut il des compléments alimentaires? Plus l’alimentation est variée et colorée, plus les chances d’un bon équilibre sont atteintes. Il existe néanmoins des carences, ainsi plus de la moitié des femmes ont un taux bas en vitamine B9, essentielle au bon développement de la futur moelle épinière. Il est donc préférable de prendre un supplément en vitamines B9, systématiquement dès le désir de conception et jusqu’au troisième mois révolu de la grossesse .Autre carence fréquente, la vitamine D surtout en hiver et encore plus en cas de peau foncée. La prise d’une ampoule de vitamine D concentrée au moment de la conception et si besoin en cours de grossesse palie à cette carence. Certaines femmes, en particulier en cas de grossesse rapprochée ont une carence en fer, qu’il convient d’évaluer avant la grossesse avec une prise de sang pour la traiter.
IMG_6352Alors pourquoi ne pas donner systématiquement à toute femme enceinte un cocktail de vitamines et minéraux? C’est une tendance qui a pour avantage la simplicité et assure couverture en omega 3, fer et vitamines essentielles, mais dans ce domaine il y a tout et son contraire. N’achetez pas sur internet des produits dont on ignore la provenance et la composition mais fiez vous à votre médecin, gynécologue ou pharmacien qui sauront utilement vous conseiller. Mon seul bémol est le contenu en iode de ces compléments. en général il correspond à 100% des besoins quotidiens et s’ajoute aux 100% que l’on trouve naturellement dans l’alimentation. Ceci peut avoir des conséquences graves sur la thyroide avide d’iode à la fois pour la mère et son bébé et concerne tout particulièrement les femmes ayant des antécédents de maladie thyroidienne chez elles mais aussi dans la famille (mère, soeur). Dans ce cas soyez très vigilante et lisez les étiquettes et surtout abstenez vous en cas de doute.

Prendre rendez-vous
en ligne

CENTRE BATIGNOLLES-VILLIERS

Docteur Jean-Michel Borys
98 boulevard des Batignolles
75017 Paris

Tél. : 01 44 69 32 75

Horaires d'ouverture du secrétariat :
Lundi à vendredi
08h30-19h30

Accès : métro Villiers,
Lignes 2 & 3, Bus 30
Parking à proximité
Av. de Villiers

(En cas d'urgence médicale, composez le 15.)

PLAN D’ACCÈS

Click to open a larger map

JMB SUR TWITTER